La petite histoire de l'Agenda 21 de Correns

 

Dès le début des années 80, la commune de Correns a entrepris une série d’actions pour aller dans le sens d’une gestion durable de son territoire. Déterminée à faire rimer développement durable et développement économique, dans le respect de la tradition et de l’environnement, Correns a adopté une démarche originale et collective autour du bio qui a fait d'elle le « premier village bio de France ».

 

En 2008, après 13 ans d’actions durables, l’équipe municipale a souhaité formaliser une démarche globale associant les corrensois. C'est le début de la construction d’un Agenda 21, dont le pilotage est confié aux personnes volontaires. Il a été pensé comme un exercice de réflexion citoyen ouvert à l’ensemble des habitants. L’idée de départ était d’associer le maximum de personnes à cette réflexion sans aucun a priori et sans exclure personne.

La responsabilité de la conduite de l’opération a donc été confiée par le Maire à un comité de pilotage externe au conseil municipal.

Première étape : Le COPIL

La démarche Agenda 21 a donc été lancée en décembre 2008 avec la constitution d’un comité de pilotage (COPIL), constitué d’une quinzaine de personnes (choisies pour leur représentativité sociale, professionnelle, associative, selon la tranche d’âge et le sexe).
Ce comité s’est organisé en quatre commissions de travail :

  • Partage et gestion du territoire
  • Gestion des ressources et des déchets
  • Communication, culture et éducation 
  • Production, transformation et consommation responsable

Deuxième étape : Enquête ouverte à l’ensemble de la population

La première tâche que s’est assignée le COPIL a été d’informer l’ensemble de la population de Correns du projet, et de lui demander son avis sur les grandes questions.

Ce questionnaire a démontré la forte sensibilisation des Corrençois au développement durable et l’intérêt porté par la population dans la mise en œuvre de cet Agenda 21.
Une quarantaine de personnes se sont portées volontaires et ont été intégrées aux équipes déjà au travail.

Troisième étape: Elargissement des commissions et diagnostic

Ce « diagnostic partagé » nous a permis d’identifier la situation actuelle de notre territoire (ressources et handicaps) et son devenir (opportunités et menaces).
Il nous a également conduit à dégager les pistes à approfondir en vue de dynamiser notre développement futur dans un esprit de durabilité.
En parallèle à cette concertation, un travail de recherche sur les documents de la commune a été effectué (PLU, données INSEE, etc.) et vingt entretiens de personnes ressources réalisés. Ces derniers ont servi à préparer le diagnostic de la commune. Les personnes ont été choisies selon leur statut professionnel, leur âge, leur participation à la vie du village, etc.

 Quatrième étape : Débat public autour des conclusions du diagnostic partagé

Le travail réalisé et les premiers résultats obtenus au cours de ces trois premières étapes ont été consignés dans un document largement distribué auprès de la population de Correns sous le titre : « Un agent 21 pour Correns, diagnostic partagé ».

Pour en savoir plus sur le diagnostic, consultez cette page. 

Sur la base de cette information détaillée, un débat a été organisé auquel ont participé plus d’une centaine de personnes. Cet échange est venu enrichir les analyses réalisées et a renforcé la volonté d’appropriation de cette démarche par le plus grand nombre.

Cinquième étape : Travail en commissions et propositions d’actions

Une fois le diagnostic réalisé, débattu et validé, il était important de réfléchir aux engagements à prendre et aux actions à conduire. Dans cet esprit, une dizaine d’actions ont été retenues parmi les nombreuses proposées par les groupes de travail, grâce à un effort de regroupements et de maillage qui a permis de dégager quatre grands chantiers supportant ces actions .

Une fois encore les membres des commissions se sont répartis le travail, en vue de produire pour chacune de ces actions une fiche précisant le contexte et les éléments du diagnostic, les activités en cours, les actions à mettre en œuvre et les priorités, les résultats et les impacts attendus ainsi que le budget correspondant.